Même si les statistiques mettent en avant qu’un fumeur sur deux peut arrêter de fumer sans aide, il n’en reste pas moins qu’il existe de nombreux moyens efficaces pour « arrêter avant qu’elle ne vous arrête » pour les autres.

Entre les substituts nicotiniques – médicaments sous forme de gommes, comprimés ou inhaleur vendus en pharmacie sans ordonnance à partir de 15 ans et uniquement si ce dernier est dépendant physiquement à la nicotine – le bupropion LP délivré uniquement sur ordonnance, les thérapies comportementales et cognitives aident à modifier un comportement vis-à-vis de la dépendance au tabac. En parallèle, le recours à la cigarette électronique contribue à diminuer la consommation quotidienne de tabac. Moyen de sevrage tabagique, la cigarette électronique est une alternative à la cigarette classique, car elle en revêt l’apparence. En effet, à son extrémité une diode simule visuellement la combustion, reproduisant ainsi les mêmes sensations qu’avec une cigarette classique. Les solutions de « E.-liquides » composées de propylène glycol ou de glycérol, de divers arômes, peuvent également contenir de la nicotine, la concentration variant de 0 à 16 milligrammes par millilitre.

D’autres méthodes n’ont pour l’heure pas été démontrées scientifiquement comme l’acupuncture, la mésothérapie, l’homéopathie ou encore l’hypnose. Mais chacun étant différent, ces méthodes de médecine douce peuvent être une aide complémentaire à la relaxation pour soutenir le fumeur dans sa démarche. Dans tous les cas, l’arrêt du tabac s’accompagne souvent d’une augmentation de l’appétit et d’une prise de poids.

Gros plan sur les astuces pour retarder la prise de poids sans entreprendre un régime.

Les principes de base d’une bonne hygiène de vie

La prise de poids n’est pas une fatalité pour celles et ceux qui décident d’arrêter de fumer. Une alimentation déséquilibrée et/ou un processus de compensation alimentaire au travers du grignotage par exemple, viennent tout simplement profiter à la prise de poids. Inutile de se fâcher avec sa balance ou d’essayer tous les régimes possibles et inimaginables. Seule une poignée d’astuces sont à mettre en œuvre. Il suffit de suivre le guide.

Repenser ses habitudes alimentaires

Même si la décision d’arrêter de fumer peut-être prise sur un coup de tête, il convient de faire un point sur ses habitudes alimentaires avant l’arrêt, de tout noter sur un cahier en précisant les quantités consommées, mais aussi les modes de cuisson. Le but est de décoder tout ce qui est ingéré et de le mettre en parallèle avec ce qui est préconisé en termes d’équilibre alimentaire. En effet, il faut manger au moins cinq fruits et légumes par jour, consommer de manière variée à chaque repas du pain/céréales, pommes de terre et légumes secs, de privilégier trois fois par jour la consommation de produits laitiers les moins gras et les moins salés possible, de manger du poisson au moins deux fois par semaine et de réduire la consommation de viande, de limiter les aliments « trop gras, trop salés, trop sucrés », mais aussi l’alcool et le sel. C’est la première étape d’une alimentation équilibrée. D’ailleurs, il convient d’échafauder son équilibre alimentaire en fonction de ses besoins, de son âge, de son sexe, mais aussi de le construire sur une semaine entière.

Sans oublier de faire ses courses de manière intelligente. Pour cela, mieux vaut préférer les produits frais, non préparés et de saison, d’établir la liste de course en fonction des menus de la semaine, de cuisiner léger. Sans oublier de prendre le temps de bien décrypter les étiquettes pour connaître le contenu. D’autant plus qu’avec l’application Yuka, c’est on ne peut plus simple. Pour finir, il faut renouer avec le goût en prenant le temps de profiter et de savourer son repas sans en sauter un bien sûr !

Faire une activité physique

La pratique d’une activité physique régulière est l’ingrédient secret, la clé pour garder la forme, combattre le stress. Et pour cause, cela permet de réguler l’éventuelle prise de poids. Sans oublier que l’activité physique possède de très nombreuses vertus. Au-delà de l’amélioration de la condition physique, le sport protège la survenue de maladies cardiovasculaires, protège contre certains cancers, réduit le risque de diabète, stabilise la pression artérielle notamment. Le sport améliore également les conditions mentales, ce qui lorsque l’on arrête de fumer, permet alors de lutter efficacement contre le stress, l’anxiété ou encore la dépression qui peuvent alors survenir.

Formidable voie d’évasion et de bien-être, il existe une multitude d’activités physiques possibles. Le tout est d’en discuter avec son médecin traitant pour trouver celles qui sont le plus adaptées à sa condition physique, à ses besoins.

Retrouver une bonne hygiène de sommeil

Le fait d’arrêter de fumer de manière progressive avec ou sans une cigarette électronique entraîne de toute façon des troubles du sommeil. Ces derniers se manifestent sous différentes formes en fonction des personnes. Se débarrasser de certaines mauvaises habitudes, améliorer son environnement de sommeil, bien dormir tout simplement permet d’aider son corps à se soulager de cette situation de manque. Le fait de se lever et se coucher à des heures régulières, de diminuer son activité au moins une heure avant d’aller se coucher, d’abaisser la température de la chambre tout en maintenant une ambiance sonore calme, de manger léger le soir, mais aussi de prendre l’habitude de se coucher lorsque les signes d’endormissement se font ressentir sont autant de conseils à suivre pour dormir du sommeil du juste.